Le recyclage des piles, générateur d’emploi !

recyclage français

Outre les aspects environnementaux, le recyclage des piles favorise à son échelle l’économie circulaire en ayant des effets directs sur la création d’emplois en France et donc sur la croissance économique.

 

Quel est le principe de l’économie circulaire ?

 

Créer une boucle écologiquement vertueuse dont l’objectif est de privilégier l’utilisation de matières premières secondaires (issues du recyclage) et des sources d’énergies renouvelables pour la production de biens et de services. « Cela permet ainsi une optimisation entre les ressources disponibles et les usages que l’on peut en tirer (…) en opposition à l’hyper gaspillage actuel » met en avant le député LREM François-Michel Lambert, président de l’Institut national de l’économie circulaire.

Au-delà de la rationalisation des matières premières, ce sont surtout des emplois de créés. Selon l’Institut de l’économie circulaire, ce type de système peut participer « de façon significative à la réindustrialisation de la France avec à la clef de nombreux emplois non délocalisables. Selon ce dernier, cela « représenterait en effet entre 200 à 500 000 emplois en France ». Screlec-Batribox participe à cet élan en faisant de son activité de recyclage une opportunité de nouvelle croissance économique. En effet, 99% des piles et batteries collectées par Screlec-Batribox sont recyclées en France.  

De plus, Screlec-Batribox s’évertue à collaborer en priorité avec des acteurs de proximité : « nous faisons souvent appel à des acteurs de l’économie sociale et solidaire lorsque leurs prestations sont compatibles avec nos exigences. Par exemple en Corrèze, pour la collecte, nous travaillons avec l’Association de Ramassage Briviste pour la Revalorisation de l’Environnement (ARBRE) qui emploie des personnes en réinsertion professionnelle » illustre Emmanuel Toussaint Dauvergne, directeur général de Screlec-Batribox. « Notre philosophie c’est de soutenir une filière et d’y donner un sens » insiste ce dernier.

 

Une filière en pleine floraison

 

Bien plus que des principes et des déclarations, des chiffres viennent à l’appui. Ainsi, pour se rendre compte de l’impact de la filière du recyclage des piles et accumulateurs sur l’emploi en France, une enquête nationale a été réalisée en 2017 par l’association Rudologia pour le compte des 2 éco-organismes agréés dont Screlec-Batribox.

Et le résultat est prometteur : la filière aurait généré 624 emplois, soit 285 emplois équivalent temps plein (ETP). Comment se répartissent ces recrutements ? 396 personnes dans la collecte (logistique, gestion des flux et suivi, diagnostic, acheminement), 77 personnes dans le domaine du tri (identifier les matières et les séparer, regroupement, chargement et déchargement) et 166 personnes pour le recyclage lui-même (manutention, ingénierie, optimisation, analyse des matériaux recyclés, etc.).

Illustration encore plus concrète de l’effervescence de ce marché : Paprec (collecteur, centre de tri et de traitement de piles salines et alcalines) partenaire de l’éco-organisme depuis plus de 10 ans, a vu son activité doubler en 5 ans avec Screlec-Batribox. Rien qu’entre 2016 et 2017, une quinzaine de personnes ont été recrutées sur cette division. « Les profils  sont des commerciaux, des administrateurs de ventes, des exploitants et des logisticiens » précise le directeur de division adjoint, David Dias, « mais le secteur recrute également dans la maintenance et la prévention des risques.  C’est d’ailleurs dans ce dernier domaine que nos équipes ont le plus de travail ».  

« Le secteur du recyclage du Lithium a également de beaux jours devant lui avec l’arrivée massive des piles Lithium-ion du fait du développement à venir des voitures électriques » complète Maïté Ketterer, directrice des opérations de l’éco-organisme Screlec-Batribox, « ce qui se traduira par un besoin grandissant à tous les stades de cette filière : en Recherche & Développement, tri,  démantèlement, ou encore dans les technologies de pointe telles que l’hydrométallurgie (extraction du lithium par traitement dans des bains acides)».

Des emplois pour relancer l’économie et une économie des matières premières et de l’énergie, qui dit mieux ?

Articles
peut on remplacer une pile alcaline par une pile au lithium
Peut-on remplacer une pile alcaline par une pile au lithium ?

Les piles, alcalines ou lithium, équipent les appareils électroniques de notre quotidien. De la télécommande à la prothèse auditive, nous en utilisons plus de 600 millions chaque année en France. À l’heure où la technologie lithium s’impose pour les instruments high-techs, peut-on remplacer une pile alcaline par une pile lithium dans n’importe quel type d’appareil ?

Lire la suite
Mieux recycler en famille grâce à l'info tri
Info-tri et autres symboles : quelques explications  

582 kg, c’est le poids de déchets que produit chaque année un habitant en France ! En triant, nous pouvons considérablement réduire ce chiffre et, ainsi, limiter l’incinération et l’enfouissement inhérents aux déchets non recyclés. Trier, c’est économiser la matière première en offrant une deuxième vie aux objets, au travers du réemploi ou du recyclage, et encourager l’économie circulaire. Mais comment optimiser le tri de nos déchets ?

Lire la suite
Décryptons l'importance du recyclage de piles
L'importance du recyclage des piles au quotidien  

La pile électrique fait fonctionner différents objets du quotidien comme les montres, les jouets, les télécommandes, les cigarettes électroniques, les souris d’ordinateur ou les clés de voiture. Chaque individu en consomme environ une vingtaine par an. Aujourd’hui, cette source d’énergie figure dans la catégorie des déchets ménagers les plus polluants ; d’où la nécessité de la recycler. Où et comment faut-il jeter les piles usagées ? Comment sont-elles recyclées ? Screlec-Batribox répond à toutes vos questions.

Lire la suite
Plus d'articles