Toutes ces piles et batteries utiles pendant la crise…

Saviez-vous qu’en France plus d’1 milliard de piles sont vendues chaque année ? Elles se cachent partout et facilitent le quotidien de tous. Les piles et batteries nous ont particulièrement aidées pendant le confinement. À la fois pour passer le temps, divertir nos enfants, travailler ou même sauver des vies !

 

Pour se divertir…

Pendant le confinement, les français ont tenté de s’occuper. Certains se sont trouvés de nouvelles passions, d’autres ont simplement modifié quelques habitudes afin d’animer leur quotidien. Nombre d’entre eux ont choisi d’investir leur temps dans la cuisine, les robots ménagers et batteurs ont été mis à rude épreuve.

D’autres ont préféré passer du temps sur les écrans. La télévision ou les consoles de jeux ont permis de s’amuser, rester informé ou encore de s’instruire.

Enfin, les familles et amis ont pu garder le contact malgré la distance grâce aux diverses applications disponibles sur les smartphones et ordinateurs.

Pour travailler…

Le confinement a bouleversé le quotidien de la majorité d’entre nous. Des millions de français se sont vus contraints de travailler depuis leur domicile. Les ordinateurs et smartphones se sont avérés très utiles. Pendant ces longues semaines, leurs batteries ont permis de poursuivre leurs activités et d’enchainer les réunions à distance.

Pour sauver des vies…

Le secteur de la santé est un très gros consommateur de piles et batteries. De nombreux appareils indispensables au bon fonctionnement des hôpitaux en sont munis : thermomètres, respirateurs, scopes, tensiomètres… Pendant la crise du covid-19 ils ont aidé à soigner des milliers de personnes.

 

Ce sont autant de piles et batteries qu’il faudra recycler. Il suffit pour cela de les déposer dans l’un des 32 000 points de collecte Batribox. Une fois collectées, elles partiront pour un long voyage jusqu’à leur transformation en de nouveaux objets. En 2019, ce sont 5 189 tonnes de piles et batteries qui ont pu être recyclées grâce à ce simple geste !

 

 

Articles
BeFC génère de l'électricité à partir de papiers et d'enzymes

Depuis 20 ans, l’éco-organisme Screlec agit en faveur de l’économie circulaire et est à l’écoute du marché pour suivre les évolutions sectorielles des technologies de piles et batteries. C’est dans cette dynamique que l’éco-organisme compte récemment parmi ses adhérents la start-up grenobloise BeFC (Bioenzymatic Fuel Cells) qui a remporté en ce mois de septembre le prix 10 000 startup pour changer le monde organisé par La Tribune, pour sa pile à combustible bio-enzymatiques.

Lire la suite
Plus d'articles