Batribox répond à 5 idées reçues sur le lithium

Nombreux sont les objets de notre quotidien à fonctionner avec une batterie Lithium-Ion : smartphone, manette de jeu, voitures télécommandées, ordinateur, casque sans fil… Sans compter l’utilisation croissante des moyens de transports électriques comme les trottinettes, les vélos… Mais quelles sont ses spécificités ? Comment ces batteries sont-elles recyclées une fois usagées ? Batribox vous aide à y voir plus clair en répondant à 5 idées reçues.

 

Idée reçue n°1 : Il n’existe aucun procédé permettant de recycler les batteries lithium-ion !

FAUX !

Après avoir été collectées et triées, les batteries lithium-ion sont transférées dans des centres de traitement spécialisés. Les métaux sont ainsi extraits grâce à deux procédés :

  • La pyrométallurgie : les batteries sont broyées et les composants sont isolés par séparation mécanique. On récupère ainsi le nickel, le fer, le cobalt et le manganèse qu’ils contiennent peuvent être réutilisés sous forme d’alliages.
  • L’hydrométallurgie : les batteries sont broyées puis les métaux ferreux sont magnétiquement séparés des métaux non ferreux. Les premiers sont exploités en aciéries ; les autres subissent un traitement chimique via une solution acide qui permet de distinguer les différents éléments à destination du secteur de la métallurgie.

 

 

 

 

 

Idée reçue n°2 : Il n’y a pas d’usine de recyclage de lithium en France !

FAUX !

Eurodieuze Industrie (installée en Moselle) et la SNAM (installée dans le Rhône) sont des entreprises françaises spécialisées dans le recyclage et la valorisation des piles et accumulateurs au lithium.

 

 

 

 

 

Idée reçue n°3 : Il n’existe pas de filière de recyclage des batteries lithium des trottinettes électriques.

FAUX !

Une filière spécifique a été lancée officiellement en février 2020 par trois acteurs – la FP2M (Filière des professionnels de la micro-mobilité) et les éco-organismes Ecologic et Screlec. L’enjeu est de répondre aux enjeux du recyclage pour les nouvelles mobilités par le biais d’un guichet unique facilitant la prise en charge de ces produits en fin de vie. La naissance de ce partenariat tripartite permettra de faciliter la recyclage à la fois des engins (Ecologic) mais également de leur batterie (Screlec).

 

 

 

 

 

Idée reçu n°4 : On ne peut pas recycler les batteries qui sont tombées dans l’eau !

FAUX !

Si cela peut représenter une difficulté supplémentaire pour les entreprises chargées de la collecte de ces déchets, le recyclage en lui-même des batteries reste similaire si celles-ci ont été en contact avec de l’eau.

 

 

 

 

 

Idée reçu n°5 : La batterie au lithium a une durée de vie plus longue que la batterie au plomb

VRAI

La batterie lithium-ion rechargeable possède une énergie massique deux fois plus élevée que le nickel-hydrure métallique et six fois plus élevée qu’une batterie au plomb. Contrairement aux batteries Plomb, les batteries Lithium peuvent être déchargées quasi totalement (de 90% à 100%) sans se dégrader.  En considérant une batterie de 100Ah, si une batterie au Plomb a une capacité utile comprise entre 30 à 50Ah, la batterie Lithium pourra fournir jusqu’à 100 Ah.

Le saviez-vous ? Il existe deux principales familles de piles et accumulateurs contenant du lithium :

Articles
BeFC génère de l'électricité à partir de papiers et d'enzymes

Depuis 20 ans, l’éco-organisme Screlec agit en faveur de l’économie circulaire et est à l’écoute du marché pour suivre les évolutions sectorielles des technologies de piles et batteries. C’est dans cette dynamique que l’éco-organisme compte récemment parmi ses adhérents la start-up grenobloise BeFC (Bioenzymatic Fuel Cells) qui a remporté en ce mois de septembre le prix 10 000 startup pour changer le monde organisé par La Tribune, pour sa pile à combustible bio-enzymatiques.

Lire la suite
Plus d'articles